L'album

L’album CORSU réunit 16 duos exceptionnels représentatifs de la culture insulaire, interprétés par un artiste corse et un artiste du continent.

Ce projet rend hommage à la langue Corse, et a pour but de créer des rencontres artistiques entre les chanteurs, tel un pont entre 2 terres.
Cover Corsu Mezu Mezu

Le 1er extrait de l’album CORSU rassemble,
Patrick Fiori et Patrick Bruel sur le titre Corsica.
Cette chanson de Petru Guelfucci, est, de l’avis de tous,
l’une des plus belles chansons consacrée à l’île de beauté.

Cover Corsica

Les paroles

Texte original | Traduction

Corsica

Patrick Fiori & Patrick Bruel

Petru Guelfucci / Christophe Mac-Daniel

Dans un recoin du monde
Il est un petit coin de tendresse
Qui dans mon coeur, majestueux
Embaume de pureté
Joyau de merveilles
N’en cherchez pas de semblables
Vous n’en trouverez pas de pareil
Elle est unique, seule et chérie

Corsica

Il fait toujours tellement envie
Ce rocher dans la mer
Trésor étincelant
Sacré comme un autel
Calme, douce comme un agneau
Généreuse et accueillante
Elle se révolte et se rebelle
Si l’on méprise les siens

Corsica

In un scornu di lu mondu,
Ci hè un locucciu tenerezza
Ind'u mio core, maestosu,
Imbalsama di purezza
Ghjuvellu di maraviglie,
Ùn ne circate sumiglie,
Ùn truverete la para ;
Ghjè ùnica, sola è cara.
Corsica.

Face sempre tant'inviglia
Issu scogliu ciottu in mare,
Tesoru chì spampilla
Sacru cume un altare.
Calma, dolce cum'agnella,
Generosa è accugliente,
Si rivolta è si ribella
S'omu disprezza a so ghjente.
Corsica.

Versu Té

Petru Santu Guelfucci & Maxime Le Forestier

Pierre Olmeta

Je viens vers toi
Montagne immaculée
Je viens vers toi
Je la porte en moi-même
L'envie de vivre avec toi
Je viens vers toi pour trouver cette source
De vie et d’amour
Qui donnera aux gens
L’envie de vivre avec toi

Refrain : Comme l'oiseau blessé
Qui ne peut plus voler
Comme un peuple uni
Qui ne peut plus vivre
Qui ne peut plus vivre sans toi

La blanche colombe
De rouge est tachée
Le peuple est fatigué
De ses peines
Mais il vient vers toi
Il vient vers toi
Contre l'aliénation
Il vient vers toi
Pour la Nation Corse
Qui sera libérée avec toi

Refrain

O chère montagne
Pour le nom que tu portes
Tant et tant de peuples
Pleurent leurs disparus
Mais nous venons vers toi
C'est ce nom qui retentit
C'est ce nom qui nous soutien
Ton nom n'est pas faux
Tu t'appelles Liberté

Vengu versu tè, muntagna immaculata
Vengu versu tè, portu in la mio scarpata
A voglia di campà cun tè.

Vengu versu tè, per scopre sta surghjente
Di vita e d' amore, chì darà à la ghjente
A voglia di campà cùn tè.

Ripigliu

Cume l' acellu feritu
Ch' un pò più vulà
Cume un populu unitu
Ch' un pò più campà
Ch' un pò più campà senza tè.

A culomba bianca di rossu hè taccata
U populu hè stancu di la so strazziata
È vene versu tè.

Vene versu tè, contra l'alienazione
Vene versu tè, per a Corsica Nazione
Chì serà libera incu tè.

Ripigliu

O muntagna cara per lu nome chi porti
Tanti è tanti populi pienghjenu li so morti
Ma venimu versu tè.

Ghjè stu nome chì ribomba
Ghjè stu nome chì ci porta
U to nome un' hè falzu
Chi ti chjami Libertà.

Le Prisonnier

Christophe Mondoloni & Benabar

Didier Revel / Martine Lorenzi

Je t'envie petit moineau
Toi qui viens quelques fois pour me rendre visite
Perché sur l'un des barreaux
De cette minuscule lucarne à l'air si triste

Mais lorsque tu ne viens pas
J'y vois un coin de ciel, qu'on m'accorde en faveur
Et je t'attends chaque fois
A croire que maintenant, tu sais lorsque c'est l'heure

Sò imprigiunatu
E Mamma si nè more
Perdona mi o Mamma
Di fà ti tantu male

Je ne peux pas faire un geste
Pour aller l'embrasser une dernière fois
Que m'importe à moi le reste
Car si elle se meurt, c'est à cause de moi

Elle qui ne s'endormait jamais
Sans avoir imploré la Madone et les Saints
Elle qui avait tout donné
Pour qu'on dise plus tard, c'est un monsieur très bien

Je t'envie petit moineau
Toi qui viens quelques fois pour me rendre visite
Perché sur l'un des barreaux
De cette minuscule lucarne à l'air si triste

Mais lorsque tu ne viens pas
J'y vois un coin de ciel, qu'on m'accorde en faveur
Et je t'attends chaque fois
A croire que maintenant, tu sais lorsque c'est l'heure

Sò imprigiunatu
E Mamma si nè more
Perdona mi o Mamma
Di fà ti tantu male

Je ne peux pas faire un geste
Pour aller l'embrasser une dernière fois
Que m'importe à moi le reste
Car si elle se meurt, c'est à cause de moi

Elle qui ne s'endormait jamais
Sans avoir imploré la Madone et les Saints
Elle qui avait tout donné
Pour qu'on dise plus tard, c'est un monsieur très bien

Moru, Biancu é blù

Jean-Charles Papi et Chico & Les Gypsies

Alain Di Meglio / Jean Marcellesi

Mediterraniu in brama di virtù
I to trè culori moru bianch’è blu
Sona l’ora di u to meziornu sì
Ti vulemu dì

Datti un avvena
Azzinga una stella in a fulena
Fatti un passu cù l’arcubalenu
É scrivi u puema chì po dà
Un altru sognu
In la to aghja saremu baroni
In la to casa saremu balconi
I to culori unu è dui è trè

Mediterraniu tantu riccu hè
Trà ner’è biancu di tanti culori sè
Unu u bramemu u to dumani sà
Ti vulemu dà

Datti un avvena
Azzinga una stella in a fulena
Fatti un passu cù l’arcubalenu
É scrivi u puema chì po dà
Un altru sognu
In la to aghja saremu baroni
In la to casa saremu balconi
I to culori unu è dui è trè

Nanana…

Mari
Isuli di quì
Tanti veli, tanti moli, tanti venti à dì
L’ora
Ùn pò scambià
Apra, apra, apra è abbraccià

U to futuru
Appicca una ghitara à i primuri
Arreca u to soli à a bughjura
In tè saremu unu è dui è trè

Tutti quanti…

Unu è dui è trè…

Méditerranée en mal de tes vertus
Tes trois couleurs sont maure, blanc et bleu
Voilà que sonne ton heure de midi
Nous voulons te dire

Donne-toi un avenir
Fais luire une étoile dans ta poussière
Fais un pas avec l’arc-en-ciel
Et écris ce poème pour aller vers
Un autre rêve
Dans ton agora nous serons colonnes
Dans ta maison nous serons fenêtres
En toi nous serons un puis deux et trois

Méditerranée si riche
Entre blanc et noir tu montres tant de nuances
Nous ne voulons faire qu’un de ton lendemain
Tous, nous voulons te donner

R

Mer
Tes îles d’ici
Tant de voiles, de môles, de vents à dire
L’heure
Ne peut que changer
T’ouvrir, t’ouvrir pour embrasser

Ton futur
Accroche une guitare à tes envies
Amène ton soleil au plus obscur
En toi nous serons un et deux et trois

Ricordu

Laurent Bruschini & Jenifer

Jean-Baptiste Profizi / Charles Marcellesi
O mon premier amour
De jeunesse oubliée, tu es loin de moi pour toujours
Et ses passions effacées seront pour moi demain
Amour et damnation.

Où es-tu?
Que puis-je faire ici
sans toi?
Où es-tu?
Je suis seul ici
sans toi!
Dans l'aube d'hier,
Un oiseau chante l'amour à venir
Une pluie matinale
Fige cette immense tristesse qui m'envahit!

Où es-tu?
Que puis-je faire ici
sans toi?
Où es-tu?
Je suis seul ici
sans toi!

Lalalalalalalalalalalalalalalalalala
Sans toi
Lalalalalalalalalalalalalalalalalala
Sans toi

O ghjuventù passata
Zitedda luntana per sempre di mè
O passioni vultata
Amori o dannu dumani per mè

Dimmi induve sì
Chi possu fà quì
Senza tè
Dimmi induve sì
Sò solu cusì
Senza tè

O soli d'arrimani
Aceddu chi canta l'amori di l'avvena
O piovu di a mani
E pienta tamanta tristezza chì veni

Dimmi induve sì
Chi possu fà quì
Senza tè
Dimmi induve sì
Sò solu cusì
Senza tè

Furtunatu

Petru Guelfucci & Francis Cabrel

Domaine public

Ce que j'aime le plus
Ce sont tes cheveux
Tes yeux si joyeux
Rendent fous les enfants
Mais à dire vrai
Je suis un de ceux-là.

Le dimanche matin,
Quand tu sors bien habillée
Des étrangers aux villageois,
Tout le monde te remarque
Tout le monde se demande
De qui tu es amoureuse

Ma belle élégante
Au teint frais et rosé
Tu ressembles à une fleur
Tu es comme un enchantement de coeur
Bienheureux sera celui
Qui te fera l'Amour

Je veux écrire ton prénom
Au dessus de toutes les étoiles
Au village, tu n'as pas ta pareille,
Bienheureux sera celui
Qui te mettra l'anneau

U più chi so innamuratu
Hè quella di to capelli
Li to ochji tanti allegri 
Scimiscenu li zitelli 
Ma à dilla franca è chjara
Eo sò unu di quelli 

A Dumenica la mane 
Quand'è tù esci cambiata 
Da furesteri à paisani 
Da tutti sì rimarcata 
Tutt'ognunu si dumanda 
Di qual’ sè la innamurata 

A mio ricca di statura 
Bianca è rossa di culori 
A guardà ti pari un fiore 
È à parlà ti incanta u core 
Bellu cuntentu serà quellu 
Chi cun tè ferà l'amore 

Ne vogliu scrive lu to nome 
Da sopr’à tutte le stelle 
In paese più ùn ne nasce 
Cum'è tè belle zitelle 
Furtunatu serà quellu 
Chi ti metterà l'annellu.

Sintineddi

A Filetta & Grand Corps Malade

François Lanfranchi / Noel Luciani/ Gineste Eric
Tel un regard jeté sur la mer latine
Ou une main tendue aux empires du levant 
Un songe maudit d'un sculpteur éternel
Ou un message antique que personne n'entend

Telles les voix qui furent avant l'heure  
Et les visages de pierres qui dirent aussi  
Cette étrange similitude qui ne voulut pas mourir 
Et l'idée qu'alors tout ici commença 

Sentinelles

Comme la main qui vint avant les premiers temps   
Et vous fit cette haute stature, avec cet art divin 
Le monde n'était pas et vous en étiez déjà 
Gardiens pétrifiés du souvenir humain

Telle la première étreinte que vous donna le silence
Et les savoirs mystérieux avec leurs chants immergés
Vous gardez les secrets que l'histoire avaient tus
Comme une citadelle perdue dans la mémoire.

Sentinelles

Tali un ochju lampatu à u mari latinu
O una mani porsa à l'imperi à liventi
Un sognu maladettu d'eternu scarpiddinu
O una chjama antica chì più nimu n'ùn senti...
chì più nimu n'ùn senti

Tali i voci chì funu da culandi à l'ora
È li visi di petra chì dissini dinò
Quidda sumidda strana ch'ùn si volsi mora
È l'idea chì tandu tuttu quì principiò.
Sintineddi

Tali a mani chì vensi in tempu d'ancu à fà
È vi feci d'altura cù quidd’arti supranu
Ùn era ancu lu mondu è n'erati dighjà
Guardiani impitrati di u ricordu umanu.

Tali l'abbracciu primu chì u silenziu vi deti
È li sapienzi arcani cù li so canti immersi
Di ciò chì ùn hè storia tiniti li sicreti
Tali una citadella chì a memoria persi.
Sintineddi

Ci Hé Dinù

Chjami Aghjalesi & Patrick Fiori

Jacques Fusina / Jean-Paul Poletti

Il y a aussi tant de pays étrangers
Habitués à la bride et à la somme
Qui montrent les chemins de la révolte 
En égrenant leurs colliers de soucis 

Il y a aussi tant de peuples malmenés 
Aspirant à des aurores ensoleillées 
Qui prennent le parti et empruntent la route
De ce qui nous rattache à la mémoire

Refrain

Il y a tous ceux-là et je suis là aussi
Et leur pas nouveau est aussi le mien

Il y a aussi tant de peuples malades 
Frères de la fièvre et de la douleur
Qui chantent leur malheur et leur angoisse
Avec le vieux soupir de l’amour

Il y a aussi tant de forces libérées 
Sœurs du monde qui se met en marche 
Vivantes de tant de mains tendues  
Qui nous mettent la joie au cœur

Refrain

Il y a aussi et heureusement tant d’associations
Habituées à ouvrir les yeux face aux réalités 
Engagées comme des troupes de légende 
Qui ne veulent plus fermer les yeux sur les entraves

 

Il y a aussi le réveil de tant de voix 
Pleines de foi dans le salut  
  Qui portent vers l’avenir leur caresse 
Et valent bien mieux que les coups de fusil

Refrain

Ci hè dinù tanti paesi strangeri
Fratelli di la briglia è di l'umbasti
Chì traccianu l'idee è li cuntrasti
Sgracinendu cullane di penseri
Ci hè dinù tante razze malavviate
Surelle di l'albore culuritu
Chì piglianu la strada è lu partitu
Di cio chi ci leia à le storie andate.

Ricantu:
Ci sò tutti quessi è po ci sò eo
È lu so passu novu hè dinò meo.

Ci hè dinù tanti populi malati
Fratelli di la frebba è lu dulore
Chì cantanu li so guai affanati
Cù lu vechju suspiru di l'amore
Ci hè dinù tante forze liberate
Surelle di lu mondu chi s'avvia
Vive, è da tante mane purtate
Chì ci mettenu lu core in allegria.

Ricantu

Ci hè dinù tanti associ per furtuna
Fratelli di l'ochji aperti à lu sole
Indiati cum'è squadre di fole
D'ùn vulè più esse cechi à la funa
Ci hè dinù tante voci discitate
Surelle di a fede è di a salvezza
Chì portanu à l'avvene a so carezza
È valenu più chè le fucilate.

Ricantu

Solenzara

Francine Massiani & Louis Bertignac

Dominique Marfisi / Gabrielle Baldassari – Bruno Bacara
Quand je pense à Solenzara
Que j’ai laissée loin là-bas
Une amère nostalgie
Comme le son d’une guitare
Me fait trembler le cœur

Je revois les pêcheurs
Revenant de leurs périples
On y voit cent mille couleurs
Qui tournent la tête aux peintres
Qui ne peuvent les fixer

Refrain
A Solenzara
Quelle douce félicité !
A solenzara
Mieux on ne peut espérer !

Et l’aube mystérieuse
Lorsqu’elle doit se lever
Tellement belle et lumineuse
Qu’elle ressemble à l’épousée
Qui illumine le monde entier

Et l’étoile du matin
Qui toujours m’attend au loin
Quand ma voile latine
Comme un grand oiseau des mers
Sur les ondes prend son chemin

Refrain

Une barque sur le sable
Qui ne peut plus naviguer
M’a un jour confié sa peine
De ne pouvoir rompre ses chaines
Pour aller vers le lointain

Mais quand souffle la tempête
Prête à tout emporter
Pour la vieille barque c’est la fête
Car sa sieste se termine
Il lui semble naviguer

Quandu pensu à Solenzara
Ch'aghju lasciatu quallà
Una nostalgia amara
Cum'un sonu di ghitarra
U core face trimà

Rivegu li pescadori
Riturnendu da piscà
C'hè centumila culori
Da fà scimì li pittori
Chi nùn li ponu fissà

{Refrain:}
A Solenzara
O! Chi dolce felicità
A Solenzara
Più bè ùn si pò stà

E l'alba misteriosa
Quand'ella si dev'alzà
Tantu bella è luminosa
Chi mi pare una sposa
Tuttu face luccicà

E la stella matuttina
Sempre mi vole aspettà
Quand'à mio vela latina
Cum'un acula marina
Nant’u mare si ne và

{au Refrain}

Una barca nantu à rena
Chi nùn pò più navigà
M'ha cunfidatu a so pena
D'un pudè rompe a catena
Per andà in altu mar'

Ma quandu soffia a timpesta
Pronta à tuttu sprufundà
Per a vecchja barca hè festa
Hè finita la so siesta
Li pare di navigà

Ti tengu Cara

Jean-Pierre Marcellesi & Claire Keim

Pierre Leca / Theophile Lacuire
Reste près de moi, ne t’en vas pas, tu m’es si chère
Sans doute n’entends-tu pas à quel point mon cœur bat fort
Depuis tant d’années, tu es pour moi la perle rare
Si je devais vivre sans toi, je désire mourir

Nos maisons font face au soleil qui luit
Ta fenêtre brille aux premiers feux de l’aurore
Je sais que tu l’ouvres lorsque sonnent les premières cloches
Cheveux défaits comme les femmes que l’on voit dans les contes

Tu es fraîche et pure comme l’aube à peine née
Le rosier se pare de fleurs à chaque instant
Donne-moi la rose la plus belle et désirée
Celle qui naît et qui fleurit dans ton cœur.

Stammi vicinu ùn ti n'andà ti tengu cara
Soca nùn senti cum'ellu trema lu me core
Da parechji anni sì per me la perla rara
S'avessi à vive senza à tè, bramu di more

E nostre case sò di punta à la sulana
Luce lu to purtellu à lu spuntà di u sole
Sò chè tù l’apri à lu sunà di la campana
Capelli sciolti cume le donne di le fole.

Ùn possu rispirà l'aria che tu respiri
Senza trimà di passione quandu u ventu
Carcu di basgi, di canzone è di suspiri
Porta dinù lu to odore è ch'eo lu sentu.

Si fresca è pura quant'è l'alba appena nata
U rusulaghju s’hè fiuritu à tutte l'ore
Dammi la rosa, la più bella a più bramata
Quella chi nasce è chi fiurisce in lu to core.

T'aghju dettu una sera è incu l'angoscia in golla
Eramu soli à la funtana, era veranu
Chi lu moi core sdrughje cum'è mele in golla
Quand'è tu pigli la mio manu in la to manu

Stringhji la forte è tramindui in piena luce
Richi di tempu è di sperenza di a natura
Uniti pigliaremu a strada chi cunduce
Versu li ghjorni calmi è di gioie sicure.

Amareni

Jean Menconi & Enrico Macias

Auteurs

Parmi toutes les fleurs d'amour
A notre aurore épanouies
Elle fut parfum inouï
Faveur venue comme le jour
Elle donna vie à mes gageures
A mes querelles un sang nouveau
Me passa au doigt cet anneau
Qui sut panser mes blessures
Panser mes blessures

Mais combien de malheurs sont enfantés
Par toutes les promesses à tout jamais
Et combien peut peser la vérité
Tu ne le savais et ne le sauras sans doute jamais
Ta chaleur est encore dans la poitrine
De celui dont le cœur fut meurtri
Celui qui faisait fi de tes défauts
Et ne savait parler que d’amour pur
D’amour pur…

Etait-il écrit quelque part
Qu'un jour s'arrêterait ce jeu
Que s'éteindraient un jour les feux
Laissant une histoire au hasard
Mais d'autres après moi vont te le dire
Combien peut brûler le soleil lointain
Combien peut pleurer le vent au printemps
Et fait trembler le cœur humain
Le cœur humain

À mezu à tutti i fiori d'amore
Quand'elli s'aprenu fattu l'albore
Era quellu annacquatu d'un licore
Mandatumi una mane per favore

Mi feci sbuccià in capu e centu vite
E dedi un altru sensu à le mio lite
Fù per mè cum'un annellu à le dite
E lu balsamu di e mio ferite
E mio ferite
E mio ferite

Ma quant'elli ci portanu di guai
U sintimu prumessu è l'oramai
È cum'ella hè greve la veritai
Ne la sapie ne forse la sai

U sente ancu oghje u to calore in pettu
Quellu chì s'hè fermatu à core obbiettu
Quellu chì ti tuglia ogni difettu
È chì ùn capia chè l'amore schiettu
L'amore schiettu
L'amore schiettu

Sarà stata scritta in qualchi locu
Chì un ghjornu piantereste lu to ghjocu
Ch'ellu si spinghjerebbe lu to focu
Fermerebbe una storia è cusì pocu

Ma d'altri cum'è me ti diceranu
Quant'ellu scalda u sole luntanu
Quant'ellu pienghje u ventu veranu
È face trimulà u core umanu
U core umanu
U core umanu

A l'Altru Mondu

Maï Pesce & Maurane

François Vincenti / Isola Dominique
Dans l’autre monde
Le temps est long, il y a l’éternité
Je venais de naitre
Il m’a emporté
Que va –t-il faire de moi ?
Oh maman chérie, le paradis est grand comme toi

Et si je t’appelle, à l’improviste
Seule entend ma détresse
Sainte Marie qui te ressemble tant
Et je me contente, et je me souviens
Comme si tu étais là

Je t’envoie une fleur, dont tu choisiras la couleur
C’est à Muratu, chez nous
Qu’elles fleurissent le mieux
Si j’étais parmi elles
Je te cueillerai les plus belles
Mais je suis au ciel
Et tes cheveux sont loin de moi
Mais je les caresse avec Jésus Christ qui te connaît
Et je me contente et je me souviens et que dire de plus ?

Ne porte pas le deuil, ton fils, avec les anges va bien
Et ce que je désire mon ange gardien le sait bien avant moi
Ici, l’air tisse sans fin des heures sereines par milliers

Dans l’autre monde une colombe chante sans peur
Ici seul chasse le seigneur, ne t’en fais pas maman.

À l'altru mondu,
U tempu hè longu,
Ci stà l'eternità.
È m'hà pigliatu à tempu natu ;
Di mè, chì n'hà da fà ?
O cara mamma, u paradisu
hè grande cume tè,
È sè ti chjamu à l'impruvisu
S'arricummanda à mè
Santa Marìa a to sumiglia
Ùn u mi lascia più,
È mi cuntentu è mi ramentu,
Cume s'ell'era tù.

Ti mandu un fiore, u so culore,
U sceglierai tù.
Hè ind'u pratu di u Muratu
Ch'ellu face u più.
Sè fussi eiu frà i più belli
U cuglierebbi à tè,
Ma stocu in celu,
È i to capelli sò luntanu da mè,
Ma i t'allisciu cù Ghjesù Cristu
Chì sà quale tù sì,
È mi cuntentu è mi ramentu,
È megliu ùn possu dì.

Ùn piglià dolu, u to figliolu cù l'ànghjuli stà bè.
È ciò chè vogliu, u mio custodiu a sà prima cà mè.
Quì l'aria fine cume puntine cosge senza piantà,
Ore tranquille, à mille à mille, senza calamità.
À l'altru mondu, canta un culombu è paura ùn hà,
Per cacciadore ci hè u Signore, O mà ùn ti ne fà !

Sinfunia Nustrale

Surghjenti & Michel Fugain

Jean-Charles Papi / Brian Warfield
Je veux t'accompagner sur le chemin des fées
Ceux de nos rêves bien gardés qui font l'identité
Et je veux t'initier à nos plus grands secrets
Qui résonnent dans le creuset d'un plaisir partagé

Pour retrouver ainsi dans ces figures sculptées
Ce qui germa et puis fleurit en ces temps reculés
Simplement l'irriguer pour revivifier l'âme
D'où jaillissent la vérité et la Vie retrouvée

Ces châtaigniers vite oubliés et ces montagnes délaissées
Ces maisons aux volets fermés et ces femmes voilées
Ces fleurs qu'on nous a cachées, et ces fées au regard baissé
Ces mages qu'on a dessinés dans ces pierres érigées

Refrain 1
Sempiternel voyage vers de nouveaux rivages
Bateau dont le tangage nous ouvre aux horizons sauvages
Trouver ce qui nous lie, nous porte et nous unit
Vers ce rêve enfoui qui nous élève et nous guérit.

Découvrir avec toi ces savoirs établis
Et ces valeurs qui faisaient loi et qui avait un prix
Connaître avec émoi ces gens dont la magie
Nous fait revivre dans la joie d'un monde épanoui

Ce vieux chant bâillonné qui hante nos silences
Et qui nous conte l'épopée des vertus oubliées
Ce chant fera lever l'Humain qui sommeillait
Qui connaissant son passé accepte de changer

Ces voix qui racontent une histoire de tradition et de savoir
Ces jeux communs qui laissaient voir les passions, les espoirs
Ces anciens qui nous enseignaient, nous enchantaient, nous protégeaient
Dans ces villages où s'élevaient les chants de nos veillées...

Refrain 2
Et toujours ce voyage vers de nouveaux rivages
Bateau dont le tangage nous ouvre aux horizons sauvages
Trouver ce qui nous lie, nous porte et nous unit
Des lendemains fleuris et cet espoir qui nous sourit...

Ti vogliu accumpagnà nant'u chjassu di e fole
È di lu nostru sunnià di a nostr'identità
Ti vogliu fà sapè i nostri li sicreti
È lu nostru lu piacè di sparte li cun tè

È ritruvà cusì in issi visi culpiti
Ciò chì feci sbuccià quì u granu da fiurì
Annacquà lu per fà rinvitulisce l'anima
Ch'addombra u to campà è a to verità

Issi castagneti abbandunati è isse muntagne arruvinate
Isse case à l'ochjiserrati è isse donne ammantate
Issi fiori chì si sò piattati, l'ochji arritrosi di e fate
È issi mazzeri sminticati in isse petre chjinate

R : Simu sempre in viaghju sottu à listessu maghju
Nant'un batellu scemu ver' di l'orisonte stremu
È simu sempre uniti da curà i feriti
Ver' di li nostri sogni sopr'à li scherzi è li vergogni.

Vogliu scopre cùn tè ciò chì hè statu nascostu
I valori è lu sapè u prezzu di l'avè
È po' fà ti scuntrà isse ghjente di magia
Chì ti facenu sperà in un mondu à rinnuvà

Issu voceru chì fù ridottu à lu silenziu
E bellezze è le virtù ciò chè tù ùn sai più
Issu cantu spartarà l'umanu di dumane
Chì cunnosce u parlà di radiche è cambià

Isse voce chì funu incabbiate, e morre è po' l'impaghjellate
Issi chjerchji è sciupetti imburrati, issi ghjochi passiunati
I nostri vechji imprigiunati chì c'incantavanu e serate
In isse casette illuminate da fucone è cantate

R : Simu sempre in viaghju sottu à u listessu maghju
Nant'un battellu scemu ver' di l'orisonte stremu
È simu sempre uniti da curà i feriti
Ver' di lu nostru avvene incù issa sperenza chì ci tene

Ô Corse, île d'Amour

Antoine Ciosi & Patrick Fiori

Koger Geo / Vincent Scotto

Là-bas près des côtes de France
Sur la mer immense
Au ciel du midi
Il est un vrai coin de paradis
Que je chéris

O Corse île d'amour
Pays où j'ai vu le jour
J'aime tes frais rivages
Et ton maquis sauvage
J'ai vu des lieux enchanteurs
Pourtant au fond de mon cœur
Je t'appartiens toujours toujours
O Corse île d'amour

Chez-nous pour l'amour d'une femme
On donne son âme
D'un élan joyeux
Un jour on se bat
Sous le ciel bleu
Pour ses beaux yeux

O Corse île d'amour
Pays où j'ai vu le jour
J'aime tes frais rivages
Et ton maquis sauvage
J'ai vu des lieux enchanteurs
Pourtant au fond de mon cœur
Je t'appartiens toujours toujours
O Corse île d'amour

Là-bas près des côtes de France
Sur la mer immense
Au ciel du midi
Il est un vrai coin de paradis
Que je chéris

O Corse île d'amour
Pays où j'ai vu le jour
J'aime tes frais rivages
Et ton maquis sauvage
J'ai vu des lieux enchanteurs
Pourtant au fond de mon cœur
Je t'appartiens toujours toujours
O Corse île d'amour

Chez-nous pour l'amour d'une femme
On donne son âme
D'un élan joyeux
Un jour on se bat
Sous le ciel bleu
Pour ses beaux yeux

O Corse île d'amour
Pays où j'ai vu le jour
J'aime tes frais rivages
Et ton maquis sauvage
J'ai vu des lieux enchanteurs
Pourtant au fond de mon cœur
Je t'appartiens toujours toujours
O Corse île d'amour

Quand Je Reviens Ici

Arapa & Anne Etchegoyen

Jacques Veneruso – Jean-Charles Papi / Patrick Fiori
Je ne vous dirai pas
Que les gens y sont meilleurs,
Que la vie là-bas
N’est que miel et douceur,
Pourtant, quand on y est,
Il y a un goût d’éternité,
Et, et…
Je ne vous dirai pas
Que les enfants sont plus beaux,
Les mendiants sont rois
Et le soleil plus chaud,
Mais tout ce que je sais,
C’est que, là-bas, j’apprends à rêver,Rêver

Refrain :
Tourne le monde
Et la ronde des jours
Me ramènera toujours,
Tourne ma chance
Et ma vie recommence
Quand je reviens ici.

Tournent les vents
Et la valse du temps
Me ramènera toujours,
Tourne la terre,
C’est ma vie qui s’éclaire
Quand je reviens ici

Je ne vous dirai pas
Qu’on y arrête le temps,
Qu’être heureux, là-bas,
Peut durer plus longtemps,
Pourtant, quand on y est,
Il y a ce goût d’éternité,
Et, et…
Je ne vous dirai pas
Que je ne m’éloigne jamais,
Que d’autres endroits
Ne m’ont pas attirée,
Mais tout ce que je sais
C’est que, là-bas, j’apprends à aimer,
Aimer

Refrain :
Tourne le monde
Et la ronde des jours
Me ramènera toujours,
Tourne ma chance
Et ma vie recommence
Quand je reviens ici.
Tournent les vents
Et la valse du temps
Me ramènera toujours,
Tourne la terre,
C’est ma vie qui s’éclaire
Quand je reviens ici,
Ici

Je ne vous dirai pas
Ce que, déjà, vous savez,
C’est mon paradis, mon éternité

Refrain :
Tourne le monde
Et la ronde des jours
Me ramènera toujours,
Tourne ma chance
Et ma vie recommence
Quand je reviens ici.
Tournent les vents
Et la valse du temps
Me ramènera toujours,
Tourne la terre,
C’est ma vie qui s’éclaire
Quand je reviens ici,
Ici

Quand je reviens ici
Ùn vi possu parlà
D'un populu gentile
D'una vita beata
Cusì dolce à campà
Ma vi possu accirtà
Chì quì ci stà l'eternità

 

Ùn vi possu cuntà
Zitellucci fatati
È chì issu mondu hè paru
Sotta à u sole chì và
Ma vi possu insignà
Issu sonniu chì cresci culà

 

Refrain (en français) :
Tourne le monde
Et la ronde des jours
Me ramènera toujours,
Tourne ma chance
Et ma vie recommence
Quand je reviens ici.

Tournent les vents
Et la valse du temps
Me ramènera toujours,
Tourne la terre,
C’est ma vie qui s’éclaire
Quand je reviens ici,

 

Mancu ùn vi possu dì
Chì u tempu si chetta
Ch'elli duranu quì
Gioia è felicità
Ma vi possu ghjurà
Chì quì ci stà l'eternità

 

Mancu ùn vi devu dì
Ch'ùn so prontu ad' andà
È chì d'altri orizonti
Ùn mi ponu chjamà
Ma sò sicuru avà
Chì issu locu impara ad'amà

 

Refrain (en français) :
Tourne le monde
Et la ronde des jours
Me ramènera toujours,
Tourne ma chance
Et ma vie recommence
Quand je reviens ici.
Tournent les vents
Et la valse du temps
Me ramènera toujours,
Tourne la terre,
C’est ma vie qui s’éclaire
Quand je reviens ici,

Diu Vi Salvi Regina

Isulatine, Ziteddi in cantu & le Choeur de la Corse

Traditionnel

Diu vi salvi regina
Dieu vous garde reine
Et mère universelle
Dont la faveur fait gagner
Le paradis

Vous êtes joie et sourire
Pour tous les inconsolables
Pour tous les malheureux
Unique espoir

Sur nos ennemis
Donnez-nous la victoire
Et puis la gloire éternelle
Au paradis

Dìu vi salvi, Regina
È Madre universale,
Per cui favor si sale
Al paradisu.
Per cui favor si sale
Al paradisu.

Voi site gioia è risu
Di tutti i sconsolati,
Di tutti i tribulati
L'ùnica speme.
Di tutti i tribulati
L'ùnica speme.

Voi dai nemici nostri,
À noi date vittoria
È poi l'eterna gloria
In paradisu.
È poi l'eterna gloria
In paradisu.

Le clip